Convocatoria de Mitologias hoy (Español /English)

voir la publication originale

Los nudos de la red: las primeras escritoras profesionales en el triángulo transatlántico (1880-1920)

Durante la segunda mitad del siglo XIX, coincidiendo con la incorporación de la mujer al campo profesional de la escritura, pero también con la “reinvención de América” (Pratt, 1997), fueron muchos los textos de diferente signo que contribuyeron a trazar un “mapa” de nombres de autoras y de países, de “redes” de apoyo entre intelectuales, acorde a las alianzas informales que posibilitaron los primeros feminismos. América y sus mujeres (1886) de Emilia Serrano, baronesa de Wilson o “Las obreras del pensamiento” de Clorinda Matto de Turner (1895) fueron testimonio de estos intercambios.

Si el triángulo transatlántico se reconfiguraba en el marco de las nuevas naciones latinoamericanas y del neocolonialismo inglés y francés, pero, sobre todo, estadounidense, en este contexto, las mujeres colaboraron, por primera vez como grupo, en la generación de discursos públicos; pero también en su desestabilización y su enmienda.

 

El objetivo de este nuevo número de la revista Mitologías hoy, coordinado por Beatriz Ferrús y Alba del Pozo, es analizar la producción de todas aquellas autoras latinoamericanas que, a través de textos de viajes, biografías, epistolarios, libros misceláneos o colaboraciones en prensa nos legaron un testimonio de esas redes y alianzas con escritoras europeas o norteamericanas.  Un listado no exhaustivo de posibles temas es el siguiente:

 

–          Relaciones transatlánticas entre escritoras.

–          Redes de apoyo y confluencia entre mujeres.

–          Género, escritura y nación.

–          Mujeres y literatura de viajes.

–          Escrituras privadas, redes públicas: epistolarios y diarios.

 

 

 

Son bienvenidos artículos hasta el 29 de febrero de 2016, los cuales, y siguiendo la normativa de la revista, serán sometidos a una revisión ciega por pares.

 

Para el envío de trabajos hay que hay que registrase en la revista (pestaña “registrase”) y seguir las instrucciones hasta adjuntar el artículo en formato Word. Además, deben seguirse las normas de edición (http://revistes.uab.cat/mitologias/about/submissions#authorGuidelines); los textos que no cumplan con éstas no podrán ser evaluados

 

Asimismo, la revista mantiene abierta la recepción de artículos durante la vigencia de esta convocatoria para las secciones “Miscelánea”, “Entrevistas” y “Reseñas”. Éstas deberán seguir las mismas políticas de envío.

 

Agradecemos la difusión de esta convocatoria

 

Equipo editorial

Mitologías hoy

 

 

English version:

The knots of the net: the first professional female writers in the transatlantic triangle (1880-1920)

 

Mitologías hoy. Revista de pensamiento, crítica y estudios literarios latinoamericanos (http://revistes.uab.cat/mitologias) calls for papers for the upcoming June 2016 issue. This time’s topic will be the first professional female writers in the transatlantic triangle with Beatriz Ferrús and Alba del Pozo as chief editors.

During the second half of the nineteenth century, coinciding with the incorporation of women to professional writing and the so called “re-invention of America” (Pratt, 1997), several texts of different nature contributed to generate a “map” of women writers from different countries. These networks of intellectuals emerged from informal alliances and were key for the birth of the first feminist movements. Emilia Serrano, Baroness of Wilson’s América y sus mujeres (America and its women) (1886) or Clorinda Matto de Turner’s “Las obreras del pensamiento” (“The workers of thought”) (1895) are relevant examples of these changes.

 

The so-called transatlantic triangle re-shaped itself in the aftermath of the Latin American new nations and with the rise of French, English and American US neo-colonialism. In this context, women began to collaborate as a group in generating public discourses, but also in destabilizing and re-appropriating the hegemonic ones. A non-comprehensive list of possible topics is:

 

–          Transatlantic relationships between women writers.

–          Women networks of support and convergence.

–          Gender, writing and nationalism.

–          Women and travel literature.

–          Private writing, public networks: letters and diaries.

 

 

 

Please kindly submit entries by latest February 29th, 2016. All papers will go through peer review.

 

To able to submit your works, please kindly sing in to the magazine (“register” tab). Once there, please follow the instructions and attach your papers in Microsoft Word format. Please ensure the edition guidelines are correct (http://revistes.uab.cat/mitologias/about/submissions#authorGuidelines) as it is mandatory for approval. All other edition features will be automatically dismissed.

 

Other categories we offer are “Miscellaneous”, “Interviews” and “Reviews”, that remain open for submissions throughout the duration of this call for papers. Same previous submission policies apply for works in these sections.

 

We sincerely thank you for this call broadcasting.

 

Publishing Team

Mitologías hoy

 

Écrire un mémoire: les erreurs que je n’ai pas envie de refaire en M2

Écrire un mémoire ne me semblait pas excessivement difficile à faire, je suis habituée à écrire depuis un très jeune âge et j’ai plusieurs blogs sur divers sujets. Seulement, l’écriture d’un mémoire s’est révélée bien plus ardue que je ne l’espérais et l’excès de confiance m’amena à des moments de panique qui, je le pense aurait pu être évités. De plus, certains aspects méthodologiques furent ostensiblement négligés et c’est bien pour cela que je commence ce carnet de recherche par les erreurs que je compte éviter cette année.

L’environnement de travail

Peut-être que cet aspect du travail de rédaction est purement personnel. En ce qui me concerne, je n’ai vraiment commencé à écrire qu’à partir du moment où il m’a été possible d’avoir un bureau et un espace chez moi, exclusivement consacré au travail. Cela peut paraître anodin et le fait que je l’explicite peu sembler être de l’ordre de l’évidence à moult étudiants/es et enseignants/es. Il n’en va pas de même pour tout le monde, j’ai passé, par exemple, ma première année de Licence sans endroit aménagé pour étudier et sans espace pour ranger mes livres. En Master 1, au mois de septembre 2014, je venais de déménager et n’ai pas pu disposer d’un environnement de travail digne de ce nom avant mars 2015. Quand j’écris « digne de ce nom », cela implique:

– Une table de travail entièrement consacrée à l’étude et à la rédaction, avec assez de place pour éparpiller livres, ordinateurs, carnet de notes.

– Une étagère où entreposer les ouvrages théoriques et le corpus de textes, nécessaires à la rédaction du mémoire.

– Un environnement calme, sans passage et sans sources de distraction (radio, télévision…).

Idéalement, cet espace se trouve dans une pièce séparée du reste du domicile si j’habite avec d’autres personnes. Oui, tout cela peut paraître très banal, mais je tiens à rappeler que le fait même d’avoir un ordinateur est un privilège dont certains/es étudiants/es ne bénéficient pas, ou qui représente un sacrifice budgétaire. Cette première erreur n’était donc pas de mon ressort, mais dès  que cela a été possible je me suis aménagé mon espace de travail, et ma productivité a augmenté de manière spectaculaire:

Bien évidemment l'adepte du kitsch que je suis n'a pas pu s'empêcher d'ajouter une fausse fourrure à la chaise.
Bien évidemment l’adepte du kitsch que je suis n’a pas pu s’empêcher d’ajouter une fausse fourrure -qui n’apparaît pas sur cette photo-  à la chaise.

 

Ce n’est qu’à partir de ce moment que j’ai pu prendre conscience de l’absolue nécessité pour moi d’un tel espace, et je pense que si j’avais eu conscience de cela plus tôt je me serais débrouillée pour le trouver coûte que coûte.

Quand je ne disposais pas d’espace à moi, j’allais travailler à la bibliothèque. Les bibliothèques sont des endroits calmes et propices à l’étude, mais elles comportent aussi des inconvénients:

– Les horaires, qui ne correspondent pas toujours à nos horaires de travail autour du mémoire.

– Pas tout le monde peut se permettre de sortir de chez soi. Je pense notamment aux personnes à mobilité réduite qui sont confrontées à des espaces urbains non adaptés qu’elles doivent traverser pour se rendre dans une bibliothèque, mais également aux  personnes ayant des phobies sociales et les personnes autistes, qui font elles aussi des études.

Partir dans des grands concepts théoriques avant d’analyser le corpus en détail

Il faut bien se rendre à l’évidence: je m’emballe vite. Quand j’ai découvert les écrits d’Emilia Serrano de Wilson, j’ai été troublée car je ne parvenais pas à comprendre les intentions de l’auteure. J’ai donc entrepris de lire des ouvrages au sujet de la mode, puis de la frivolité, puis des articles, et chaque nouveau concept m’entraînait dans une nouvelle réflexion théorique, donc vers de nouvelles lectures, en sorte d’arborescence infernale. Quand j’émergeai de toute cette théorie passionnante, il ne me restait plus beaucoup de temps pour rédiger mon mémoire au sujet de… à quel sujet, déjà? Perder el norte est une expression en espagnol qui s’applique parfaitement à cette situation.

Quelles ont été les conséquences de cette lecture compulsive d’ouvrages qui m’éloignait progressivement de mon sujet d’études? Premièrement, il m’a été difficile de me recentrer, de revenir vers les écrits d’Emilia Serrano de Wilson. Ce fut un effort que de me replonger dans ses textes, qui pourtant m’apportèrent beaucoup de plaisir et de fous rire à de multiples occasion. Mais pour être honnêtes, quand on est occupé/e à lire Femmes, race et classe d’Angela Davis (oui, je suis partie loin…), on est peu disposée à revenir vers les textes d’une bourgeoise blanche du milieu du XIXème qui parle de frous-frous. Et pourtant. Une fois l’effort effectué, quel plaisir de lire La Boronesa.

Deuxièmement, on ressent un manque descriptif dans mon mémoire: je ne décris ni le format de la revue que j’étudie, ni la fréquence de publication, ni le nombre de pages, le/la lecteur/lectrice ne peut avoir une idée d’à quoi ressemble La Caprichosa! Je suis passée directement à l’analyse de son contenu, sans prendre le temps de me limiter à la description de l’objet en lui-même. Avec le recul, j’estime que c’est bien dommage, car la simple observation, accompagnée d’un travail de description, m’aurait sûrement permis de déceler d’autres aspects de la revue.

Troisièmement, il manque un travail de comparaison entre publications de la même époque. Bien entendu, consacré un chapitre à présenter le contexte de la presse féminine en France et en Espagne, mais ce travail aurait pu être approfondi si je n’avais pas consacré autant de temps à lire des ouvrages certes passionnants, mais pas indispensables à mon travail de recherche du moment. C’est donc la question d’établir des priorités quand on est facilement distrait/e et passionné/e par les lectures que j’appelle « collatérales ».

L’isolement

Entre 2014 et 2015, j’ai passé mon année à distance. Il y a plein d’explications à cela et je ne vais pas les détailler ici, mais la conséquence fut un isolement dans mon travail de recherche et de rédaction. J’ai besoin d’échanger avec des personnes qui vivent les mêmes réalités, qui sont également dans un travail de recherche et avec qui nous pouvons nous apporter des pistes mutuellement. Le fait de ne pas fréquenter la fac m’a isolée des professeurs qui auraient pu m’apporter des pistes, ainsi que des camarades de classe qui étaient dans le même processus d’écriture. En cette année de Master 2, j’assiste aux séminaires et aux colloques et j’ai créé ce carnet en ligne. Si je suis convaincue que l’isolement n’est pas stimulant intellectuellement, j’ignore encore l’impact que cette nouvelle situation aura sur mon travail, mais j’en rendrai compte dans cette rubrique.

J’ai mis en avant les erreurs qui me semblent avoir été cruciales dans mon travail de Master 1. J’en referai cette année, sans aucun doute, mais j’ai bien l’intention de varier mon répertoire d’erreurs et de ne pas refaire celles de l’année dernière.

Matérialisme Hystérique

Bienvenue sur Matérialisme Hystérique, où il est question de systèmes de valeurs, de sous-culture, de stéréotypisation et de ré-appropriation du stigmate. Ce travail a été amorcé lors d’une première étude autour du discours de la frivolité et de la mode dans la revue La Caprichosa (1857 – 1860) et se poursuit dans une tentative de détecter les systèmes de valeurs construits par des femmes créatrices, principalement des Espagnoles du XIXe et du XXe siècle, dans leurs oeuvres. Le titre de ce carnet, qui est aussi un slogan féministe, est un clin d’oeil à l’article « Un féminisme matérialiste est possible » de Christine Delphy, publié en 1982 dans la revue « Nouvelles Questions Féministes », dont j’extrais l’explication suivante de son résumé:

« C. Delphy défend ce qu’elle appelle le féminisme matérialiste: les explications réductrices de l’oppression des femmes, qu’elles soient en terme de « capitalisme », de « biologie » ou d’ « idéologie », ne sont pas satisfaisantes sur le plan intellectuel et aboutissent sur le plan politique à donner un rôle secondaire à la lutte des femmes. Seule une démarche matérialiste, c’est-à-dire en termes de systèmes sociaux, peut rendre compte de la réalité de façon adéquate. »

Ce carnet s’enrichira au fil des mois d’une description détaillée du corpus d’oeuvres choisies, ainsi que d’ouvrages et d’articles théoriques qui apporteront des concepts dont je me servirai pour formuler des hypothèses.