Archives de catégorie : Cinéma

La Petición, de Pilar Miró: gare aux petites filles sages

 

517_05

Ce billet est un brouillon comportant mes premières impressions suite à un premier visionnage  du film La petición (1976) de Pilar Miró, inspiré de la nouvelle d’Émile Zola « Pour une nuit d’amour ». 

Si j’essayais de résumer ce film de la façon la plus neutre possible, je dirais qu’il s’agit de l’histoire de Teresa, une jeune fille issue de la bourgeoisie qui, au printemps 1900, se retrouve avec le cadavre de son amant sur les bras après une partie de jambes en l’air un peu trop mouvementée. Leur relation étant dans le cadre du hors-mariage, Teresa demande de l’aide à son voisin, Julián, un joueur amateur de flûte à bec, muet et amoureux d’elle. Ensemble, ils vont oeuvrer à faire disparaître dans un lac le corps de l’amant mort, puis Teresa tue à coup de rame Julián, le laisse couler lui aussi dans le lac et part se fiancer à Mauricio.

Lorsque l’on effectue une recherche internet au sujet du film, on tombe sur des synopsis qui s’attardent sur le personnage de Teresa et sur son côté « diabolique » ou « pervers ». Un exemple dans la programmation TV de El Mundo:

En el norte de España y en la primavera de 1900. En el centro de una sociedad burguesa y organizada existen pensamientos, deseos y situaciones que deben permanecer ocultos. Teresa, hija única de una familia acomodada, piensa sólo en sí misma. Aparentemente, nada puede turbar su conducta. Desde niña, Teresa logra disimular sus pequeñas maldades y consigue que otros paguen por ella. El propio Miguel será, al cabo de los años, su amante oculto. Mientras, otro hombre, Julián, su vecino mudo y que la desea en sus ensoñaciones, acabará siendo en sus manos un peón sumiso y obediente. Miguel muere de manera accidental en los brazos de Teresa, y Julián se compromete a sacar su cuerpo de la habitación de Teresa bajo una promesa de amor. Teresa matará para conservar su armonía social. Al mismo tiempo, Mauricio, un joven aristócrata pedirá su mano. Sus secretos, sus víctimas, permanecerán hundidas en el fondo del lago mientras, vestida de blanco, inicia el vals de la mano de Mauricio. 

Source

Mieux encore, le résumé un peu acrobatique de Cineol.net:

En la sociedad burguesa de principios del siglo XX, Teresa, la hija única de una familia acomodada, solo es capaz de pensar en términos egoístas. A lo largo del tiempo la muchacha ha conseguido disfrazar su maldad y desvíar al culpa hacia Julián, su vecino mudo, que la desea en secreto y se acabará convirtiendo en otro pelele de Teresa. Sin embargo, Mauricio, un joven aristócrata, pide la mano de la muchacha, complicando así la situación de Teresa.

Source

Ou encore, ce court résumé fait par RTVE:

Teresa ha crecido con todos los caprichos de una familia acomodada. Sobre los que la rodean, ejerce frío dominio y provocación, en todos los sentidos.

Source

On l’aura compris, Teresa est, aux yeux des spectateurs du XXIème siècle, le Mal incarné: elle est égoïste et dominatrice, on insiste bien sur ces deux aspects de sa personnalité, en faisant presque l’impasse sur le fait qu’elle tue deux hommes (l’un accidentellement, certes). À la lecture de ces synopsis, on pourrait croire que le meurtre chez le personnage de Teresa est moins grave que son égoïsme et que sa soif de pouvoir. Après avoir visionné le film, j’en ai tiré une toute autre lecture.

Certes, l’actrice Ana Belén (que j’aime d’amour en tant que chanteuse, ceci dit) fait vraiment de son mieux pour donner au personnage de Teresa un aspect malveillant, voire diabolique, à travers ses mimiques. Les mimiques de la jeune actrice Carlota Serrano, ont également retenu mon attention. La première séance du film montre une Teresa enfant, en train de chevaucher Miguel, son compagnon de jeux, qui sera également son amant une fois adulte. Elle lui mort l’oreille jusqu’au sang, et c’est effectivement Miguel qui finit par se faire gronder. Cependant, il y a un fait sur lequel les commentateurs du film semblent avoir fait l’impasse: Teresa ne fait absolument rien, ne prononce pas un mot, elle laisse tout simplement la mère de Miguel tirer ses propres conclusions et gronder son fils. Enfin, rien: si ce n’est arborer une série de mimiques qui traduisent tout sauf l’innocence ou la candeur:

Teresa enfant

vlcsnap-2015-11-17-16h41m22s714 vlcsnap-2015-11-17-16h41m39s443 vlcsnap-2015-11-17-16h41m59s619

vlcsnap-2015-11-17-16h43m48s226
La méchante fille qui a blessé le gentil garçon, ça s’annonce mal, ma bonne dame.

 

Le spectateur est en mesure de constater que cette petite « file un mauvais coton ». Mais il convient d’insister sur le fait que le personnage de Teresa ne prononce aucun mot et qu’elle laisse tout simplement la situation se dérouler à son avantage: c’est bien l’adulte qui la met dans une position de petite fille sage, incapable de faire du mal à Miguel, qui se retrouve dans la position de garçon « turbulent ». La mère de Miguel insiste sur le fait que Teresa, elle, « n’a jamais rien », sous-entendant qu’elle n’a jamais un comportement qui risquerait de la mettre en danger. C’est de cette image de fille sage et de cette conception essentialiste du genre dont tirera profit Teresa, une fois adulte.

Le film montre certains rappels à l’ordre sur le comportement que la société attend d’elle, à travers les injonctions prononcées par les parents, sa mère notamment. Prisonnière de ces injonctions, Teresa trouve le moyen de les tourner à son avantage et c’est ce qui lui confère l’aura d’un monstre d’égoïsme, une aura qui perdure encore de nos jours dans le regard que portent sur ce personnage les auteurs des synopsis du XXIème siècle. En revanche, on décrit les personnages masculins comme de pauvres pantins, impuissants entre les mains de Teresa, ce qui n’est pas totalement vrai: aucun personnage masculin ne la « sert » gratuitement, puisqu’aussi bien Julián que Miguel espèrent obtenir ses faveurs sexuelles. Il convient de noter qu’au moment où Teresa demande de l’aide à Julián, celui-ci fait un geste de recul, et le seul argument qui le convainc de l’aider est la promesse de pouvoir disposer du corps de Teresa autant qui le voudra, une fois le lit de Teresa débarrassé du corps de Miguel. Comme on le sait, Teresa n’honorera pas sa promesse et réussira à garder les apparences en se fiançant avec Mauricio.

Comme il est dit au début de ce billet, ce texte n’est qu’une ébauche avant d’approfondir les idées qui surgissent suite au premier visionnage du film, et il me semble important de conserver les réactions « à chaud » avant de creuser le sujet, en contrastant avec la réception que semble avoir eu le personnage de Teresa.