Écrire un mémoire: les erreurs que je n’ai pas envie de refaire en M2

Écrire un mémoire ne me semblait pas excessivement difficile à faire, je suis habituée à écrire depuis un très jeune âge et j’ai plusieurs blogs sur divers sujets. Seulement, l’écriture d’un mémoire s’est révélée bien plus ardue que je ne l’espérais et l’excès de confiance m’amena à des moments de panique qui, je le pense aurait pu être évités. De plus, certains aspects méthodologiques furent ostensiblement négligés et c’est bien pour cela que je commence ce carnet de recherche par les erreurs que je compte éviter cette année.

L’environnement de travail

Peut-être que cet aspect du travail de rédaction est purement personnel. En ce qui me concerne, je n’ai vraiment commencé à écrire qu’à partir du moment où il m’a été possible d’avoir un bureau et un espace chez moi, exclusivement consacré au travail. Cela peut paraître anodin et le fait que je l’explicite peu sembler être de l’ordre de l’évidence à moult étudiants/es et enseignants/es. Il n’en va pas de même pour tout le monde, j’ai passé, par exemple, ma première année de Licence sans endroit aménagé pour étudier et sans espace pour ranger mes livres. En Master 1, au mois de septembre 2014, je venais de déménager et n’ai pas pu disposer d’un environnement de travail digne de ce nom avant mars 2015. Quand j’écris « digne de ce nom », cela implique:

– Une table de travail entièrement consacrée à l’étude et à la rédaction, avec assez de place pour éparpiller livres, ordinateurs, carnet de notes.

– Une étagère où entreposer les ouvrages théoriques et le corpus de textes, nécessaires à la rédaction du mémoire.

– Un environnement calme, sans passage et sans sources de distraction (radio, télévision…).

Idéalement, cet espace se trouve dans une pièce séparée du reste du domicile si j’habite avec d’autres personnes. Oui, tout cela peut paraître très banal, mais je tiens à rappeler que le fait même d’avoir un ordinateur est un privilège dont certains/es étudiants/es ne bénéficient pas, ou qui représente un sacrifice budgétaire. Cette première erreur n’était donc pas de mon ressort, mais dès  que cela a été possible je me suis aménagé mon espace de travail, et ma productivité a augmenté de manière spectaculaire:

Bien évidemment l'adepte du kitsch que je suis n'a pas pu s'empêcher d'ajouter une fausse fourrure à la chaise.
Bien évidemment l’adepte du kitsch que je suis n’a pas pu s’empêcher d’ajouter une fausse fourrure -qui n’apparaît pas sur cette photo-  à la chaise.

 

Ce n’est qu’à partir de ce moment que j’ai pu prendre conscience de l’absolue nécessité pour moi d’un tel espace, et je pense que si j’avais eu conscience de cela plus tôt je me serais débrouillée pour le trouver coûte que coûte.

Quand je ne disposais pas d’espace à moi, j’allais travailler à la bibliothèque. Les bibliothèques sont des endroits calmes et propices à l’étude, mais elles comportent aussi des inconvénients:

– Les horaires, qui ne correspondent pas toujours à nos horaires de travail autour du mémoire.

– Pas tout le monde peut se permettre de sortir de chez soi. Je pense notamment aux personnes à mobilité réduite qui sont confrontées à des espaces urbains non adaptés qu’elles doivent traverser pour se rendre dans une bibliothèque, mais également aux  personnes ayant des phobies sociales et les personnes autistes, qui font elles aussi des études.

Partir dans des grands concepts théoriques avant d’analyser le corpus en détail

Il faut bien se rendre à l’évidence: je m’emballe vite. Quand j’ai découvert les écrits d’Emilia Serrano de Wilson, j’ai été troublée car je ne parvenais pas à comprendre les intentions de l’auteure. J’ai donc entrepris de lire des ouvrages au sujet de la mode, puis de la frivolité, puis des articles, et chaque nouveau concept m’entraînait dans une nouvelle réflexion théorique, donc vers de nouvelles lectures, en sorte d’arborescence infernale. Quand j’émergeai de toute cette théorie passionnante, il ne me restait plus beaucoup de temps pour rédiger mon mémoire au sujet de… à quel sujet, déjà? Perder el norte est une expression en espagnol qui s’applique parfaitement à cette situation.

Quelles ont été les conséquences de cette lecture compulsive d’ouvrages qui m’éloignait progressivement de mon sujet d’études? Premièrement, il m’a été difficile de me recentrer, de revenir vers les écrits d’Emilia Serrano de Wilson. Ce fut un effort que de me replonger dans ses textes, qui pourtant m’apportèrent beaucoup de plaisir et de fous rire à de multiples occasion. Mais pour être honnêtes, quand on est occupé/e à lire Femmes, race et classe d’Angela Davis (oui, je suis partie loin…), on est peu disposée à revenir vers les textes d’une bourgeoise blanche du milieu du XIXème qui parle de frous-frous. Et pourtant. Une fois l’effort effectué, quel plaisir de lire La Boronesa.

Deuxièmement, on ressent un manque descriptif dans mon mémoire: je ne décris ni le format de la revue que j’étudie, ni la fréquence de publication, ni le nombre de pages, le/la lecteur/lectrice ne peut avoir une idée d’à quoi ressemble La Caprichosa! Je suis passée directement à l’analyse de son contenu, sans prendre le temps de me limiter à la description de l’objet en lui-même. Avec le recul, j’estime que c’est bien dommage, car la simple observation, accompagnée d’un travail de description, m’aurait sûrement permis de déceler d’autres aspects de la revue.

Troisièmement, il manque un travail de comparaison entre publications de la même époque. Bien entendu, consacré un chapitre à présenter le contexte de la presse féminine en France et en Espagne, mais ce travail aurait pu être approfondi si je n’avais pas consacré autant de temps à lire des ouvrages certes passionnants, mais pas indispensables à mon travail de recherche du moment. C’est donc la question d’établir des priorités quand on est facilement distrait/e et passionné/e par les lectures que j’appelle « collatérales ».

L’isolement

Entre 2014 et 2015, j’ai passé mon année à distance. Il y a plein d’explications à cela et je ne vais pas les détailler ici, mais la conséquence fut un isolement dans mon travail de recherche et de rédaction. J’ai besoin d’échanger avec des personnes qui vivent les mêmes réalités, qui sont également dans un travail de recherche et avec qui nous pouvons nous apporter des pistes mutuellement. Le fait de ne pas fréquenter la fac m’a isolée des professeurs qui auraient pu m’apporter des pistes, ainsi que des camarades de classe qui étaient dans le même processus d’écriture. En cette année de Master 2, j’assiste aux séminaires et aux colloques et j’ai créé ce carnet en ligne. Si je suis convaincue que l’isolement n’est pas stimulant intellectuellement, j’ignore encore l’impact que cette nouvelle situation aura sur mon travail, mais j’en rendrai compte dans cette rubrique.

J’ai mis en avant les erreurs qui me semblent avoir été cruciales dans mon travail de Master 1. J’en referai cette année, sans aucun doute, mais j’ai bien l’intention de varier mon répertoire d’erreurs et de ne pas refaire celles de l’année dernière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *